Rechercher dans ce blog

vendredi 5 février 2016

Conversion de Katherine Howe

                            
 Synopsis :

Colleen, Deena, Emma et Anjali sont en terminale dans le prestigieux lycée St Joan. Colleen est sur le point d'être acceptée à Harvard et ne pense plus qu'à cela.
Un jour de janvier, une de ses camarades est prise de convulsions. très vite, d'autres élèves présentent d'étranges symptômes : perte de cheveux, paralysies, quintes de toux... La presse s'empare de l'affaire, un vent de panique souffle sur St Joan. Mais pas question pour Colleen de se laisser déstabiliser : elle doit travailler sur la pièce Les Sorcières de Salem, d'Arthur Miller.
Et ses recherches l'amènent en 1692. au moment du procès des sorcières de Salem, à la rencontre d'Ann Putman, qui fit semblant d'être ensorcelée...
Les époques se croisent, les drames se nouent. Qu'arrivent-ils aux élèves de St Joan ? Et si la réponse se trouvait dans le passé, trois siècles plus tôt ?


Edition : Albin Michel

Nombre de pages : 468

Mots-clés définissants le livre : Sorcières de Salem, Mystère, Historique.

Mon avis :

En lisant le résumé, j'avais vraiment très envie de lire ce livre, l'histoire paraissait originale. En effet on parle très rarement des sorcières de Salem, même si tout le monde connaît de nom.
Avant de lire le livre, je me suis renseignée sur les faits de cette triste affaire datant de la fin du 17ème siècle, je pensais qu'il s'agissait de véritable sorcière avant de me renseigner.

Le procès des sorcières de Salem est un épisode fameux de l'histoire coloniale des Etats-Unis qui entraîna la condamnation et l'exécution de personnes accusées de sorcellerie en 1692 dans le Massachusetts. Généralement analysé comme découlant d'une période de luttes intestines et de paranoïa puritaine, ce procès se solde par l'exécution de vingt-cinq personnes et l'emprisonnement d'un bien plus grand nombre.
En 1692, à Salem Village (aujourd'hui Danvers et non, contrairement à ce que l'on croit, dans la ville voisine de Salem où le procès se déroula), quelques jeunes filles, notamment Abigail Williams, Ann Putnam et Betty Parris, accusent certains concitoyens de les avoir envoûtées et d'être des sorciers ou des magiciens, alliés de Satan.
La communauté, assiégée par les Amérindiens et dépourvue de gouvernement légitime, prête foi aux accusations et condamne les personnes mises en cause à avouer les faits de sorcellerie ou à être pendues. Les accusations s'étendent rapidement.
L'auteure est elle-même descendante directe d'une sorcière de Salem.

Ce qui est bien c'est qu'Ann Putnam, une des protagonistes, est un personnage qui a vraiment existé.
Nous avons deux points de vue différent à des époques différentes : Colleen en 2012 et donc en 1706 avec Ann Putnam.
En ce qui concerne les chapitres au 21ème siècle, Katherine Howe s'est inspiré d'un fait divers datant de 2012, où dans un lycée de New York, plusieurs lycéens ont été atteints de symptômes se rapprochant de ceux de la maladie Gilles la Tourette.

Il faut avouer que durant les 300 premières pages je me suis vraiment ennuyée.
Les interludes ne faisaient pas avancer l'histoire et n'avaient aucun sens. Il aurait été plus logique que l'auteure fasse deux livres distincts. De plus, toujours en ce qui concerne les interludes, et ça m'a particulièrement perturbée, c'est la façon dont s'est écrit et le vocabulaire employé. Je n'arrivais pas, en les lisant, à  m'imaginer que l'histoire se passait au 18ème siècle. Pour rendre la chose plus "vraie" il aurait été plus judicieux d'utiliser des termes de cette période, je ne ressentais aucun décalage entre le 18ème siècle et le 21ème.

J'ai eu énormément de mal avec Colleen, qui était la petite première de classe du genre insupportable, qui pleure dès qu'elle a une mauvaise note, et ça a le dont de m'énerver royalement.
Quant à Ann et ses amies, elles me répugnent, faire ce qu'elles ont fait, juste pour "s'amuser" me dégoûte profondément. Il y a eu tant de vies gâchées à cause d'un jeu de gamines...

Je n'ai ressentis aucune émotion à part de la colère et du dégoût pour les deux protagonistes.

Cependant, les 100 dernières pages sont vraiment bien et se tournent très rapidement.
La fin est un peu rapide, mais ça ne m'a pas dérangé plus que ça.

En clair, il faut s'accrocher tout au long de l'histoire mais la fin a fait remonter le peu d'estime que j'avais pour ce livre.

Ma note : 11/20

Ce roman entre dans le challenge jeunesse/Young Adult auquel je participe.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire