Rechercher dans ce blog

jeudi 23 février 2017

Je m'appelle Budo, Matthew Dicks

Synopsis :
"Aussi longtemps que Max croit en moi, j'existe. Les gens disent que c'est ça qui fait de moi un ami imaginaire. Ce n'est pas vrai : j'ai mes idées et ma vie en dehors de lui. Mais j'étais là le jour où il a disparu. Je sais qu'il est en danger. Et je suis le seul à pouvoir l'aider."

Editeur : Flammarion
Nombre de pages : 431
Mots-clés représentants le livre : ami imaginaire, tension, amitié, autisme, enlèvement
Public : 12 ans

Mon avis :
Ce roman est d'une originalité sans borne, sincèrement, c'est la première fois que je voyais une histoire avec le point de vue d'un ami imaginaire. 

Le début est un peu longuet, mais j'adore commencer un livre sans regarder le résumé et avoir le suspense de l'histoire, c'est comme ça que je ne m'attendais absolument à ce qui allait se passer. Et justement je trouve que pour ce livre, il est préférable de ne pas lire le résumé. En fait je sentais qu'il allait se passer quelque chose, ce qu'il se passait, n'était pas normal, mais du coup j'ai eu un véritable effet de surprise. 

Il y a un élément déclencheur et seul Budo, l'ami imaginaire de Max, sait ce qu'il s'est exactement passé, donc en tant que lecteur, nous sommes aussi au courant. Seulement personne d'autre ne le sait et Budo ne peut pas communiquer. Alors c'est extrêmement frustrant pour nous lecteurs, on a envie de rentrer dans le livre et de prévenir tout le monde. Débute alors une course contre la montre hyper stressante, je vous assure que ça monte crescendo jusqu'à un point où j'étais accrochée à mon livre et que rien n'aurais pu m'en défaire temps que je ne connaissait pas le fin mot de l'histoire.

Je m'arrête un petit instant sur le style d'écriture qui est très accessible car très simple, voire enfantin et naïf, mais pas du tout dérangeant, il faut juste quelques pages pour s'y habituer. 

Parlons maintenant des personnages, Max est un petit garçon dont on se doute qu'il souffre d'autisme mais ce n'est jamais clairement dit dans le texte, le père étant dans le déni complet. Cet aspect m'a particulièrement intéressé, j'aime bien lire des livres avec des enfants atteint d'autisme (plus particulièrement du syndrome d'Asperger) car je travaille avec de jeunes enfants au quotidien et il n'est pas impossible que je rencontre des enfants autistes et que je serais par conséquent amené à travailler avec les parents dans le déni.
Budo est son ami imaginaire depuis maintenant 5 ans, années particulièrement longues pour un ami imaginaire qui en général ne vivent qu'une journée, une semaine ou encore un mois, mais quasiment jamais plus. Il a une crainte, c'est qu'un jour Max n'ait plus besoin de lui et qu'il disparaisse à tout jamais. Il peut communiquer avec les autres amis imaginaires mais pas avec les personnes "réelles" mis à part Max, bien évidemment. Il va donc être confronté à ce problème de communication et va se retrouver bloquer pour sauver Max.

C'est un livre très touchant mais aussi vraiment très stressant à certains moment.

Ma note : 17/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire