Rechercher dans ce blog

lundi 13 mars 2017

Calendar girl, février, Audrey Carlan

Synopsis :
"Mia se rend à Seattle où elle sera la muse d'un célèbre peintre français.                                                                                   L'amour sur toile, tel est le titre de l'œuvre du bel artiste avec lequel elle va partager ce mois qui sera riche en émotions. Il faut dire qu'Alec est surprenant dans son travail et qu'il a cette manie si sexy d'utiliser des expressions françaises lorsqu'il s'adresse à Mia."

Editeur : Hugo roman
Nombre de pages : 153
Mots-clés représentant le livre : érotisme, muse, peinture, escort-girl
Public : 18 ans

Mon avis :
Nouveau mois, nouvelle ville, nouvel homme. On se retrouve à Seattle avec un beau français, peintre de surcroit : Alec.
Alec est un rêveur, un peu perché parfois, mais je l'ai bien aimé, moins que Wes (de qui nous avons quelques nouvelles tout au long de ce tome, et j'en suis enchanté parce que j'avais un peu peur du contraire) mais comme il est totalement différent, ce n'est pas dérangeant.
Mia, quant à elle, reste elle-même, c'est-à-dire une femme forte avec des faiblesses et elle devient pendant un mois la muse de notre peintre. Ce dernier va l'aider à découvrir des choses qu'elle ne connaissait pas sur elle.
Néanmoins, c'est toujours pleins de clichés, mais quand on lit cette série on sait que l'on va lever les yeux au ciel et rigoler de tout ça.
C'est toujours un livre très érotique avec des scènes de sexe qui s'enchaînent, mais j'ai trouvé que dans un sens, le romantisme était présent mais d'une manière que je ne m'étais pas encore imaginé ; en même temps on parle d'un français, je n'en attendais pas moins venant d'un compatriote. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé le fait que dans le texte original, Alec s'exprime énormément en français, en utilisant notamment des expressions telles que "ma jolie" ou encore "oui".
Rendez-vous avec le prochain client, un bel homme italien. Je tien à pointer le fait qu'il ne s'agisse pour le moment que de beaux gosses bien foutus, à quand le boutonneux ?

Ma note : 17/20



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire